Formations Professionnelles des adultes, Bilan de compétences, VAE | FAQ

Formation professionnelle pour adulte

Quelle formation choisir ?

Devenir aide soignante

Je suis jeune -26 ans

Inscription Formation professionnelle adultes

FAQ - Réponse à vos questions

 

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences est un outil d’aide à la décision en termes de choix professionnel. Il permet d’évaluer l’expérience professionnelle, d’identifier les ressources personnelles et les priorités professionnelles dans l’objectif de définir un projet professionnel réalisable. C’est un outil fondé sur une analyse approfondie des ressources personnelles et professionnelles mais également sur les caractéristiques de l’environnement professionnel.

Le bilan de compétences s’adresse à toute personne pouvant justifier d’une expérience minimale dans le secteur privé, de 5 ans d’activité salariée dont 1 an dans l’entreprise actuelle pour les salariés en contrat à durée indéterminée (CDI)  ou 24 mois consécutifs ou non d’activité salariée sous contrat de droit privé au cours des 5 dernières années, dont 4 mois consécutifs ou non sous CDD au cours des 12 derniers mois pour les salariés en contrat à durée déterminée (CDD) ou de 5 ans (consécutifs ou non) d’activité salariée (intérimaire ou non), dont 1.600 heures dans l’agence d’intérim où est effectuée la demande, sur les 18 mois précédant le dépôt de la demande de bilan de compétences pour les intérimaires.

La demande de bilan de compétences

Un bilan de compétences ne peut être réalisé qu’après la conclusion d’une convention tripartite entre le salarié bénéficiaire, le centre de bilan et le financeur du bilan (l’employeur ou l’Opacif).

Si vous êtes en CDI et que vous souhaitez effectuer votre bilan sur votre temps de travail :
- Vous devez retirer un dossier de demande de bilan de compétences à l’Opacif de votre entreprise, choisir un centre de bilan, puis demander une autorisation d’absence à votre employeur précisant les dates et la durée du bilan, ainsi que le prestataire retenu, et ce, 60 jours le début du bilan.
- Votre employeur dispose de 30 jours pour vous répondre par écrit. Il peut reporter l’autorisation d’absence (6 mois maximum).
- L’Opacif de votre entreprise prendra en tout ou partie des coûts liés à la réalisation de votre bilan de compétences.

Si vous êtes en CDI et que vous souhaitez effectuer votre bilan en dehors de votre temps de travail :
- Vous n’avez pas de démarche à effectuer auprès de votre employeur.
- Vous devez retirer un dossier de demande de bilan de compétences à l’Opacif de votre entreprise, choisir un centre de bilans et ce, 60 jours le début du bilan.
L’Opacif de votre entreprise prendra en charge tout ou partie des coûts liés à la réalisation de votre bilan de compétences.

Si vous êtes en un CDD :
- Votre demande s’effectue en principe au cours des 12 mois qui suivent votre dernier CDD.
- Vous devez retirer un dossier de demande de bilan de compétences à l’Opacif de votre dernier employeur, choisir un centre de bilans et ce, 60 jours le début du bilan.
- L’Opacif de votre dernier employeur prendra en charge tout ou partie des coûts liés à la réalisation de votre bilan de compétences.

Le financement du bilan de compétences

Au titre du congé de bilan de compétences (CIF), le bilan peut avoir lieu sur le temps de travail ou hors temps de travail. Vous pouvez demander à votre OPCA ou OPACIF un « dossier de demande financement ».

 

Au titre du plan de formation, vous conservez toutes vos heures de DIF, mais votre employeur peut refuser sans avoir à justifier son refus, s’il ne voit pas l’intérêt pour lui de ce bilan de compétences. Il s’agit donc le plus souvent de bilans où employeur et salariés trouvent un intérêt commun à la démarche, comme de valider un projet d’évolution en interne. Une convention tripartite doit être signée par les trois acteurs : l’employeur, le salarié, le centre de Bilan choisi. Le bilan peut commencer dès que la convention est signée.

Au titre du droit individuel à la formation (DIF), le salarié avec l’accord de son employeur utilise une partie des heures acquises au titre du DIF pour réaliser un bilan de compétences. Une convention tripartite doit être signée par les trois acteurs : l’employeur, le salarié, le centre de Bilan choisi.

Source : www.fongecif-idf.fr, www.pourseformer.com

La validation des acquis de l’expérience (VAE)

La VAE est un dispositif qui permet de valider des compétences acquises dans un métier en faisant reconnaître son expérience professionnelle, associative ou liée à l’exercice de responsabilités syndicales afin d’obtenir un diplôme.

La VAE est un droit ouvert à tous les actifs justifiants de plus de 3 ans d’activité professionnelle dans la certification visée (CDI, CDD, saisonniers, demandeurs d’emploi, non salariés, bénévoles) sans niveau d’âge ni de diplôme.

La VAE s’applique à l’ensemble des diplômes, titres professionnels et certificats de qualification professionnelle (CQP) figurants au Répertoire National des certificats Professionnelles.

La validation est délivrée par un jury composé de professionnels du métier visé, qui s’appuie sur le contenu du livret 2. Le jury délibère et peut donner 3 avis sur l’obtention du diplôme :
- Une validation totale  => délivrance du diplôme : le diplôme obtenu par la VAE a la même valeur juridique que celui obtenu par la formation initiale. Aucune mention « obtenu par VAE » n’est apposée sur le diplôme.
- Une validation partielle => si le candidat valide au moins une unité ou un domaine de compétence, il dispose d’un délai de 5 ans à compter de la date de la première notification de la décision de jury pour terminer le parcours soit par un nouveau dépôt de livret 2 soit par la formation (parcours mixte).
- Aucune validation => le candidat ne reste dans le délai de 3 ans attribué depuis la date de notification de la décision de recevabilité pour déposer un nouveau livret 2.

La VAE peut être financée selon la situation du candidat, soit par l’Opca ou  l’Opacif de l’entreprise, le pôle emploi ou le Conseil Régional.

L’accompagnement VAE par Alternativ’ dure 20 heures réparties en 4 phases et composé d’entretiens individualisés :
- 2 heures de réalisation du livret 1
- 13 heures de réalisation du livret 2
- 3 heures de préparation de passage devant le jury
- 2 heures de suivi post validation

La validation des acquis de l’expérience  CQP (VAE CQP-IH)

La VAE CQP-IH est un dispositif qui permet de valider des compétences acquises dans un métier du secteur hôtellerie restauration en faisant reconnaître son expérience professionnelle, associative ou liée à l’exercice de responsabilités syndicales afin d’obtenir un Certificat de Qualification Professionnelle.

La VAE CQP-IH est un droit ouvert à tous les actifs justifiants de plus de 3 ans d’activité professionnelle dans le CQP visé (CDI, CDD, saisonniers, demandeurs d’emploi, non salariés, bénévoles) sans niveau d’âge et sans niveau de diplôme minimum.

La VAE CQP-IH s’applique à l’ensemble des titres professionnels du secteur de l’hôtellerie restauration figurants au Répertoire National des certificats Professionnelles.
- CQP Employé(e) d’étages
- CQP Réceptionniste
- CQP Gouvernant(e)
- CQP Assistant d’exploitation (Spécialisations Restauration et Hébergement)
- CQP RECAPE (Reconnaissance d’Aptitude à l’Emploi)
- CQP Agent de restauration
- CQP Chef gérant
- CQP Serveur en restauration
- CQP Exploitant en restauration
- CQP Employé(e) qualifié(e) de restauration
- CQP Employé(e) technique de restauration
- CQP Commis de cuisine
- CQP Cuisinier
- CQP Pizzaiolo
- CQP Hydrotechnicien (ne)

La validation est délivrée par un jury composé de professionnels du métier visé, qui s’appuie sur le contenu du livret 2. Le jury délibère et peut donner 3 avis sur l’obtention du diplôme :
- Une validation totale  => délivrance du diplôme : le diplôme obtenu par la VAE a la même valeur juridique que celui obtenu par la formation initiale. Aucune mention « obtenu par VAE » n’est apposée sur le diplôme.
- Une validation partielle => si le candidat valide au moins une unité ou un domaine de compétence, il dispose d’un délai de 5 ans à compter de la date de la première notification de la décision de jury pour terminer le parcours soit par un nouveau dépôt de livret 2 soit par la formation (parcours mixte).
- Aucune validation => le candidat ne reste dans le délai de 3 ans attribué depuis la date de notification de la décision de recevabilité pour déposer un nouveau livret 2.

La VAE peut être financée selon la situation du candidat, soit par l’Opca ou  l’Opacif de l’entreprise, le pôle emploi ou le Conseil Régional.

L’accompagnement VAE par Alternativ’ dure 21 heures réparties en 2 phases et composé d’entretiens individualisés :
- 18 heures de réalisation du dossier

- 3 heures de suivi post validation

La VAE Sanitaire et Sociale

Les diplômes du secteur sanitaire et social sont délivrés par les ministères chargés de la santé et des affaires sociales ; l'information pratique des candidats et la gestion des candidatures sont assurées par l'ASP pour le compte des Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS anciennement DRASS). Celles-ci continuent de décider de la recevabilité, d'organiser les jurys et de délivrer le cas échéant le diplôme.
13 diplômes sont accessibles par la VAE :

Santé :
- diplôme d'état d'aide soignant (DEAS)
- diplôme d'état d'auxiliaire de puériculture (DEAP)
- diplôme de préparateur en pharmacie hospitalière (DPPH)
- diplôme d'État d'ergothérapeute (DEERGO)

Social :
- diplôme d'état d'assistant familial (DEAF)
- diplôme d'état d'ingénierie sociale (DEIS)
- diplôme d'état de médiateur familial (DEMF)
- diplôme d'état d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS)
- diplôme d'état d'assistant de service social (DEASS)
- diplôme d'état d'aide médico-psychologique (DEAMP)
- diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants (DEEJE)
- diplôme d'état de technicien de l'intervention sociale et familiale (DETISF)
- certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS)

Délivrance du diplôme, validation partielle ou aucune validation 

La validation est délivrée par un jury composé de professionnels du métier visé, qui s’appuie sur le contenu du livret 2. Le jury délibère et peut donner 3 avis sur l’obtention du diplôme :
- Une validation totale  => délivrance du diplôme : le diplôme obtenu par la VAE a la même valeur juridique que celui obtenu par la formation initiale. Aucune mention « obtenu par VAE » n’est apposée sur le diplôme.
- Une validation partielle => si le candidat valide au moins une unité ou un domaine de compétence, il dispose d’un délai de 5 ans à compter de la date de la première notification de la décision de jury pour terminer le parcours soit par un nouveau dépôt de livret 2 soit par la formation (parcours mixte).
- Aucune validation => le candidat ne reste dans le délai de 3 ans attribué depuis la date de notification de la décision de recevabilité pour déposer un nouveau livret 2.

La décision du jury est notifiée au candidat par courrier, dans les semaines suivant la tenue du jury plénier

http://vae.asp-public.fr/index.php?id=fr43

Le Certificat de Qualification Professionnel (CQP)

Le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) est un titre qui atteste d’une qualification dans un emploi spécifique à une branche professionnelle. Il fait systématiquement l’objet d’une demande d’enregistrement auprès du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Il bénéficie de la reconnaissance de l’État au même titre que les diplômes et titres délivrés par le ministère de l’éducation nationale et le ministère du travail. Il a une valeur équivalente à celle d’un diplôme de l’Éducation nationale.

Le CQP est construit par des professionnels pour des professionnels, il répond efficacement aux besoins des entreprises et des salariés. L’évaluation des compétences repose sur des observations en situation de travail réalisées par le tuteur d’une part, et l’appréciation des connaissances et des savoir-faire techniques par le formateur d’autre part. Le CQP est délivré par un jury paritaire composé de professionnels. Le CQP peut s’obtenir par la formation continue ou par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Le secteur hôtellerie restauration compte 15 CQP :
- Employé(e) d’étages
- Réceptionniste
- Gouvernant(e)
- Assistant d’exploitation (Spécialisations Restauration et Hébergement)
- RECAPE (Reconnaissance d’Aptitude à l’Emploi)
- Agent de restauration
- Chef gérant
- Serveur en restauration
- Exploitant en restauration
- Employé(e) qualifié(e) de restauration
- Employé(e) technique de restauration
- Commis de cuisine
- Cuisinier
- Pizzaiolo
- Hydrotechnicien (ne)

Source : www.fafih.com

Les obligations de formations en matière d’hygiène

En application de la Loi du 27 juillet 2010 (article L.233-4 du code rural et de la pêche maritime), le décret du 24 juin 2011 est venu préciser l’obligation de formation en matière d’hygiène alimentaire, des établissements de restauration commerciale relevant des secteurs de la restauration traditionnelle, des cafétérias et autres libres services et de la restauration de type rapide. Ces établissements sont tenus d’avoir dans leur effectif au moins une personne pouvant justifier d’une formation en matière d’hygiène alimentaire adaptée à leur activité. Et ce, à compter du 1er octobre 2012.

I. Conditions de réalisation de la formation définies par l’arrêté du 5 octobre 2011

- Elle doit avoir une durée de 14 heures,
- Elle doit être délivrée par un organisme déclaré auprès du Préfet de région qui respecte un cahier des charges et un programme de formation précis.

II. Personnes réputées satisfaire à l’obligation de formation en matière d’hygiène

- Les personnes pouvant justifier d'une expérience professionnelle d'au moins trois ans au sein d'une entreprise du secteur alimentaire comme gestionnaire (chef de service ou assimilé) ou exploitant,
- Les personnes détentrices d’un diplôme ou d’un titre à finalité professionnelle de niveau V et supérieurs délivrés à compter du 1er janvier 2006, inscrits au RNCP, figurant sur la liste annexée à l’arrêté du 25 novembre 2011.

Source : www.fafih.com

Les actions collectives du Fafih ?

Les actions collectives du Fafih sont destinées prioritairement aux salariés des entreprises de moins de 50 salariés, pour favoriser leur accès à la formation. Le catalogue des actions collectives regroupe l’ensemble des stages classés par région et par thème.
- Entretien annuel professionnel
- Hygiène en restauration
- Sécurité - Les risques professionnels
- Bureautique
- Perfectionnement aux techniques professionnelles

Le coût pédagogique des stages est intégralement pris en charge, sans limitation du nombre de salariés inscrits, ni du nombre de sessions de formation. Le Fafih finance également une participation forfaitaire aux frais annexes liés à la formation. Pour s’inscrire, il suffit de prendre contact par téléphone avec l’organisme de formation qui conduit l’action désirée.

Source : www.fafih.com

Le concours d’entrée en école d’aide soignant et auxiliaire de puériculture

L’aide-soignant est titulaire du diplôme professionnel d’aide-soignant qui atteste les compétences requises pour exercer le métier. Ce diplôme s’acquiert à l’issue d’une formation ou par validation des acquis de l’expérience.

Les épreuves de sélection comprennent une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission. Les candidats doivent être âgés de 17 ans au moins à la date de leur entrée en formation.

L’épreuve écrite dure 2 heures et est notée sur 20 points. Elle comprend deux parties :
- analyse et compréhension d’un texte de culture générale sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social (12 points) ;
- questions à réponse courte : biologie humaine, opérations numériques de base et exercices mathématiques de conversion (8 points) Les candidats ayant obtenu une note au moins égale à 10 sur 20 points sont déclarés admissibles.

Sont dispensés de l’épreuve écrite :
Les candidats titulaires d'un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV (baccalauréat).
Les candidats titulaires d'un titre ou diplôme du secteur sanitaire ou social homologué au minimum au niveau V (BEP- CAP).
Les étudiants ayant suivi une 1ère année d'études conduisant au diplôme d'Etat d'infirmier et n'ayant pas été admis en 2ème année. 

L’épreuve orale est notée sur 20 points Elle se divise en deux parties :
- un exposé à partir d’un thème relevant du domaine sanitaire et social et réponse à des questions (15 points).
- une discussion avec le jury sur la connaissance et l’intérêt du candidat pour la profession d’aide-soignant (5 points).

Une note inférieure à 10 sur 20 points est éliminatoire. Au vue de la note obtenue à l'oral (sur 20), le Jury établit la liste de classement. En fonction de votre rang de classement, vous êtes affecté(e) soit en liste principale,
soit en liste complémentaire.

http://www.aide-soignante.net/aidesoignantesuite.htm

La Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE)

La Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE) permet la mise en place d'une formation de préparation à une prise  de poste. La POE permet de résorber efficacement l'écart entre les compétences du candidat et les compétences requises par le poste. Elle finance tout ou partie des frais engagés pour une formation réalisée en interne ou en organisme extérieur.

L’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) dont dépend l’entreprise peut contribuer au financement de la formation et apporter son expertise dans le choix final de l’organisme de formation pour former le candidat.

La POE s’adresse à tous les employeurs du secteur privé ou secteur public. Elle permet de former un demandeur d'emploi, indemnisé ou non, sur une durée de 400 heures maximum, afin de lui permettre d'acquérir les qualifications et compétences professionnelles nécessaires pour accéder à un emploi vacant.  La préparation opérationnelle à l’emploi peut être mise en place pour une formation pré-qualifiante précédant un contrat de professionnalisation.

 

La préparation opérationnelle à l’emploi permet d'embaucher, à l'issue d'une formation, un candidat immédiatement opérationnel sur son poste de travail. L'acquisition des compétences pour occuper ce poste peut se faire soit dans l’entreprise via l’organisme de formation interne, soit dans un centre de formation externe. Il est possible, en plus de ces heures réalisées en centre de formation, de programmer des heures au sein de l’entreprise, sous forme de tutorat. Dans ce dernier cas, les heures ne seront pas prises en charge par Pôle emploi.

Une aide au financement de la formation vous est versée si la formation est suivie d’une embauche du demandeur d'emploi dans les conditions prévues au moment de la signature de la convention POE :
- Une aide maximale de 5 € net par heure pour une formation interne, dans la limite de 2 000 €,
- Une aide maximale de 8 € net par heure de formation externe, soit 3 200 € au maximum pour 400h de formation.

Le stagiaire de la formation professionnelle est rémunéré par l’allocation d’aide au retour à l’emploi-formation (Aref) ou la rémunération des formations de Pôle emploi (Rfpe).

L’OPCA dont dépend l’entreprise peut, s’il est signataire de la convention nationale avec Pôle emploi, et selon les modalités qu’il aura défini, financer tout ou parti du coût restant à votre charge pour les heures de formation réalisées en organisme de formation.

http://www.pole-emploi.fr/, http://www.cariforef-mp.asso.fr/

Vous n'arrivez pas à trouver la réponse à votre question ? Consultez notre page de liens utiles et de partenaries.

 

Formations pour adultes à venir

Les Formations pour adultes à venir
->

toutes les formations pour adultes